Plus tu es lourd, plus tu es difficile à kidnapper protège toi mange du gâteau!!

0,00

0 item(s) in Cart

Galette des rois

La galette des Rois et sa fève, que nous vous présentons ici, est composée d'une pâte feuilletée à la fois croustillante et fondante, garnie d'une frangipane,  subtil mélange d'une onctueuse crème pâtissière et d'une savoureuse crème d'amandes.

3,0023,00

Effacer
UGS : N/A Catégorie : Étiquettes : , , ,

Product Description

La petite histoire

Lors des Saturnales, les Romains désignaient un esclave comme « roi d’un jour ».

Les Saturnales étaient en effet une fête d’inversion des rôles afin de déjouer les jours néfates de Saturne. Au cours du banquet, au sein de chaque grande famille, les Romains utilisaient la fève d’un gâteau comme bulletin de vote pour élire le Prince des Saturnales ou du désordre.

Cette tradition permettait de resserrer les affections domestiques et donnait au « roi d’un jour » le pouvoir d’exaucer tous ses désirs, pendant une journée, avant de retourner à sa vie. Pour assurer une distribution aléatoire des parts de galette, il était de coutume que le plus jeune se place sous la table et nomme le bénéficiaire de la part. Normalement celui qui trouvait la fève devait payer sa tournée à la tablée. Certains prétendent que les plus avares avalaient la fève afin de ne pas payer. C’est ainsi que serait né la fève en porcelaine, pour que le roi craigne de l’avaler.

Jadis, l’usage voulait que l’on partage la galette en autant de parts que de convives, plus une. Cette dernière, appelée « part du Bon Dieu », « part de la Vierge » ou « part du pauvre » était destinée au premier pauvre qui se présenterait au logis. 

Il est de tradition que les chrétiens la mangent lors de l’Epiphanie, et la célébration des rois mages. Sous la révolution elle fut nommée Galette de l’égalité, sans fève ni roi. 

Additional Information

Poids 0.43 g
Taille

, Individuel, , 4 parts, , 6 parts, , 8 parts, , 10 parts, , 12 parts,

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Galette des rois”